Vous êtes ici : Accueil > Notre école > 8 - Notre département > Val d’Oise : Histoire (Quid)
Publié : 12 juin 2006

Val d’Oise : Histoire (Quid)

C’est une région de peuplement très ancien : l’époque paléolithique s’y manifeste constamment par les silex taillés que l’on découvre dans les fouilles de chantiers, et l’époque néolithique surtout, par d’imposants monuments mégalithiques : la Pierre Turquaise en forêt de Carnelle, l’allée de la Justice à Argenteuil. Mais l’époque gallo-romaine a laissé des vestiges encore plus spectaculaires : traces d’une ancienne route, la chaussée Jules César, et surtout le sanctuaire de Genainville, dont les fouilles se poursuivent depuis trente ans, et ont donné naissance à l’important musée de Guiry. En revanche, une ville romaine connue par les textes, Petromentalum, est demeurée introuvable. La région se trouvait sur la route des premières invasions barbares et des peuplades s’y fixèrent suffisamment pour y imprimer leur nom, comme à Franconville. Et le nouvel ordre peu à peu établi vit s’y créer d’abord des résidences royales (Mérovingiens à Garges ou Luzarches), puis des châteaux fortifiés (Luzarches, Montmélian, La Roche-Guyon). Mais les premiers ouvrages de défense étaient en bois, insuffisants pour s’opposer contre un nouvel envahisseur, les Normands, qui pillèrent la région à plusieurs reprises jusqu’à ce que la paix fut conclue avec eux en 911, sur notre territoire, à Saint-Clair-sur-Epte. Implantation religieuse aussi, avec son culte des reliques (Tunique d’Argenteuil) et ses abbayes et prieurés : Le Val, Royaumont, Maubuisson, Argenteuil, célèbre par le séjour d’Héloïse. Certaines furent fondées par saint Louis, et Pontoise resta résidence royale jusqu’au 17ème siècle. Quant à l’illustre famille de Montmorency, elle joua durant trois siècles un rôle capital dans l’histoire du royaume. Ce qui constitue aujourd’hui le Val-d’Oise faisait sous l’ancien régime partie de la généralité d’Ile-de-France et de deux des pays qui la composaient : Vexin français à l’ouest et Pays de France à l’est. C’était une région agricole, où la vigne tenait une place importante : le vin d’Argenteuil était considéré comme un des meilleurs de France. Foires et marchés y étaient florissants et les Parisiens venaient en foule, sous Louis XV, à la foire de Bezons, célébrée par des chansons et pièces de théâtre. Région résidentielle aussi, où s’élevaient de nombreux châteaux (l’un d’eux abrita la retraite du maréchal de Catinat, grand soldat de Louis XV) et où l’on signale le passage de nombreux écrivains : Cyrano de Bergerac, Boileau, Bernardin de Saint-Pierre ; l’abbé Prévost et surtout Jean-Jacques Rousseau, dont le double séjour à Montmorency, à l’Hermitage d’abord, au Mont-Louis ensuite, est capital dans sa vie et dans l’élaboration de son oeuvre. La seule ville importante de la région était Pontoise, gros marché, ville judiciaire où les rois exilaient parfois le Parlement quand il se montrait indocile. L’essor scientifique de la fin du 18ème siècle se manifesta par l’atterrissage des premiers ballons à Gonesse ou à Nesle-la-Vallée, tandis que Daguerre naissait à Cormeilles-en-Parisis. En 1789, les paroisses rédigèrent leurs cahiers de doléances, et celle de Bezons se distingua par son souci de développer l’enseignement "Il n’est rien de plus important pour un gouvernement que l’éducation de la jeunesse, c’est le seul moyen d’avoir des citoyens, des patriotes, des honnêtes gens, enfin". La Révolution fut calme dans la région, mais beaucoup de propriétés changèrent de mains, ce qui fut fatal à nombre de châteaux et d’abbayes. Mirabeau séjourna à Argenteuil presque jusqu’à sa mort, tandis que se développait la vogue des eaux sulfureuses d’Enghien, qui vont attirer dans cette nouvelle ville le vieux roi Louis XVIII et toute une nouvelle génération d’écrivains : Victor Hugo, Alexandre Dumas, Lamartine, Mme de Staël et Benjamin Constant, George Sand, Custine. Plus tard, d’autres beaux esprits seront les hôtes de la princesse Mathilde à Saint-Gratien. En même temps, la région se transformait, par suite de l’expansion ferroviaire et du développement industriel. Toute la région située entre la forêt de Montmorency et la Seine vit progressivement disparaître les cultures (vigne, asperge) au profit d’un habitat pavillonnaire et d’une implantation industrielle au long des fleuves. Evolution deux fois arrêtée par la guerre (les Allemands atteignirent Luzarches en 1914 et occupèrent toute la région en 1940) et deux fois reprise sur une grande échelle. C’est cette progression démographique, et un souci de meilleure administration qui entraînèrent, en 1964, la création des nouveaux départements d’Ile-de-France, et la réalisation, ici, de cette circonscription allongée comprenant à la fois des zones agricole (couvrant encore aujourd’hui la moitié du département), industrielle et tertiaire. Depuis, les élus du nouveau département se sont efforcés d’en affirmer la personnalité, tout en en préservant le site.

SOURCE : QUID.fr

SUR L’HISTOIRE DU VAL D’OISE, VOUS POUVEZ AUSSI VISITER DE SITE :

http://www.valdoise.fr/histoire/index.html