Vous êtes ici : Accueil > Notre école > 7 - Notre ville > 1998 : André Romanet, mort d’un Juste
Publié : 27 septembre 2007

1998 : André Romanet, mort d’un Juste

La maison des 12-15 ans, avenue Albert Sarrault à Goussainville, porte le nom d’André ROMANET.C’est l’hommage à un goussainvillois remarquable.

 

 photo : Francine Bajande

UNE VIE AU SERVICE DES AUTRES

1911 (19 Novembre) : André Romanet naît dans une famille d’instituteurs à Morez, dans le Jura.

1919 : Son père, marqué par ses quatre années de guerre, reprend sa classe où André préparera le certificat d’études.

1924 : Ecole primaire supérieure de Dôle.

1927 : Ecole Normale d’Instituteurs de Lyon. Adhère aux Jeunesses Communistes en 1928.

1930 : Nomination d’instituteur-adjoint dans le Forez, l’année suivante en Beaujolais.

1932 : Service militaire et mariage avec sa collègue Simone Gallian.

1934 : Participe aux premières grèves et manifestations antifascistes. Adhère au Parti communiste français auquel il restera fidèle toute sa vie.

1934 : Naissance de sa première fille, suivie d’une seconde en 1939 et d’un garçon qui ne vivra pas longtemps en 1944.

1936 : Manifeste à Lyon pour la victoire du Front Populaire. Il milite au Syndicat enseignant proche de la CGTU et s’interesse à la pédagogie, notamment celle de Célestin Freinet.

1937 : Nomination sur poste double à Salles-en-Beaujolais, à 10 kilomètres de Villefranche-sur-Saône.

1940-1944 : Accueille et aide des réfugiés espagnols, puis organise un hôpital clandestin pour les maquisards Francs-Tireurs et Partisans, les F.T.P. Facilite les refus de partir au Service du Travail Obligatoire, le S.T.O.

Printemps-été 1944 : Les Romanet accueillent chez eux des enfants juifs, puis organisent le placement de soixante-dix enfants de familles juives, communistes ou gaullistes dans les fermes des environs. Le poste de Secrétaire de Mairie et la couverture du Secours National leur permettent de procurer du ravitaillement et des faux papiers.

Automne-hiver 1944-1945 : Le responsable de la Libération de la région de Lyon, Yves Farge, Commissaire de la République, charge André Romanet de préparer le retour des enfants déportés ou cachés. Il réquisitionne des hôtels à Megève, assure le ravitaillement, les soins et l’enseignement de près de mille enfants. L’ensemble constituera le point de départ du mouvement des Villages d’Enfants, qui existe toujours.

1946 : En but au sectarisme étroit des enseignants de la région,, les Romanet démissionnent. Pendant 20 ans, ils se mettent au service du mouvement des CEMEA (Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active) et forment des éducateurs de colonies de vacances et d’institutions pour handicapés.

1954 : Madame Romanet est nommée institutrice à Epiais-lès-Louvres, les Romanet s’installent à Goussainville.

1962 : Les Romanet adhèrent à l’A.P.A.J.H. (Association pour Adultes et Jeunes Handicapés) dès sa création. André présidera le Comité Départemental de l’APAJH 95 de 1985 à sa mort.

1964-1971 : André Romanet enseigne à Suresnes au Centre de Formation des Instituteurs Spécialisés pour les élèves handicapés.

1965-1977 : Elu au Conseil Municipal de Goussainville, André Romanet devient Maire-Adjoint chargé des Affaires culturelles. Il est à l’origine de la création de la Maison des Jeunes et de la Culture et du Théâtre Municipal.

1972 : Bénévolement, André Romanet aide les Caisses d’Action Sociale de l’EDF à assumer les problèmes des agents qui ont un enfant handicapé.

1973 : Les Romanet sont victimes du crash du Tupolev qui détruit leur pavillon, mais les laisse miraculeusement indemnes.

1997 : L’organisation israélienne Yad Vashem décerne aux Romanet le titre de « Justes parmi les Nations »

1998 (avril) : André Romanet publie ses souvenirs dans un livre intitulé « Le temps de la comète » publié aux Editions Graphein et préfacé par Georges Charpak.

1998 (12 décembre) : Décès d’André Romanet à Gonesse.

(Cette biographie est largement inspirée de celle parue dans le bulletin de l’APAJH 95 paru en Janvier 1999. Merci à Françoise et Michel Robin pour les documents qu’ils nous ont founis.)

Portfolio automatique :

Documents joints