Vous êtes ici : Accueil > Notre école > 7 - Notre ville > 1953-1983 : Roger Gaston, Maire durant 30 ans
Publié : 11 octobre 2007

1953-1983 : Roger Gaston, Maire durant 30 ans

 

 

 (Roger Gaston à son bureau, en Mairie. Photo X. Affiche électorale, municipales 1977. Archives M.D.. )

Né le 4 Février 1920 dans une famille de travailleurs très modestes, Roger GASTON devient forgeron.

Son expérience de jeune travailleur et sa culture familiale le conduisent à rejoindre les Jeunesses communistes.

Il n’a que 20 ans lorsque, dès 1940, il se lève contre l’occupant nazi.

Son courage, ses qualités de dirigeant, font qu’il se voit rapidement confier de grandes responsabilités dans la Résistance où il rejoint le Parti Communiste dans l’action contre l’occupant.

Dès lors sa vie sera consacrée à la défense intransigeante de la justice, à la lutte pour la liberté, le progrès social, la paix.

Arrêté le 11 Février 1943 alors qu’il transportait une ronéo, il est grièvement blessé par balle au cours de son arrestation, après une chasse à l’homme dans la forêt de Longueville.Emprisonné puis déporté, il poursuit la lutte en participant à la résistance à l’intérieur même du camp de concentration de Buchenwald.

Après la Libération, il devient secrétaire de la section de Goussainville du Parti communiste français, puis membre du secrétariat fédéral.

En 1953, il est élu Maire de Goussainville.

A partir de cette date, et jusqu’en 1983, il consacre l’essentiel de son activité à la ville.

Maire pendant 30 ans (cinq mandats), c’est sous sa direction que la commune a connu son essor, multipliant sa population par 3, et a dû relever les défis y afférant : voirie, équipements...

Il est élu Conseiller Général en 1967, et participe à la construction du tout jeune Val d’Oise. Il le restera jusqu’en 1985.

Roger Gaston est décédé le 14 Juin 1985, emporté par la maladie.

Les goussainvillois qui l’ont connu gardent de lui le souvenir d’un homme d’une intégrité absolue, d’une rigueur sans faille dans la gestion municipale, mais aussi d’une grande bonté, derrière l’écorce d’un abord parfois un peu rude.

Le 21 Octobre 1994, la rue de la Montjoie où il habitait avec sa femme Lucienne et ses enfants, Marie-France et Jean-Claude, est devenue la rue « Roger-Gaston ».

(cette rapide biographie est élaborée à partir des informations fournies par les discours prononcés lors des obsèques de Roger Gaston par Michel Toumazet et Michel Vandel du P.C.F., et Eva Tichauer de l’Association départementale des déportés, internés, résistants et patriotes.)

Portfolio automatique :

Documents joints