Vous êtes ici : Accueil > Notre école > 2 - Historique > 2.25 - Germaine Vié entre en ZEP (81-85)
Publié : 13 mars 2006

2.25 - Germaine Vié entre en ZEP (81-85)

Le début des années 80 marque un grand changement dans le fonctionnement de l’école et la manière d’enseigner...

Dès l’année scolaire 81-82, sous l’impulsion de l’Inspectrice, Mme Moreau, les enseignants des écoles Vié 1 et Vié 2 élémentaires réfléchissent avec leurs collègues des écoles des quartiers Nord (Langevin, Moulin et France) :

    • au travail en équipe,

    • au travail sur projet,

    • au travail coordonné sur un secteur de collège.

Le Ministère d’Alain Savary venait de créer les Zones d’Education Prioritaire, et les écoles Vié n°1 et 2, comme toutes les écoles qui accueillaient des enfants des Grands Ensembles de Goussainville et alimentaient le Collège Robespierre, étaient candidates à cette politique éducative qui avait l’objectif de « donner plus à ceux qui ont le moins » et de «  travailler autrement ».

Quatre objectifs prioritaires qui se retrouveront dans les projets écrits par les divers établissements servaient d’ébauche à un projet commun :

1 – La lecture communication – donner du sens à l’écrit – une autre façon d’apprendre à lire – la création des BCD (Bibliothèques Centres Documentaires)

2 – La prise en compte du phénomène migrant par une politique interculturelle

3 – La vie collective : le fonctionnement coopératif

4 – L’ouverture de l’école sur le quartier.

La nécessité d’y associer les maternelles et le collège, et de coordonner ces établissements, est apparue comme une autre priorité.

L’année suivante a été marquée par de nouvelles étapes :

  • au niveau de la réflexion (Conférences de Jean Foucambert et Eric Plaisance à la salle Paul Eluard), et de la formation (stages d’équipes d’écoles !)

  • premières expériences d’évaluation formative (aujourd’hui « diagnostique ») au CE et en 6ème,sous l’impulsion du psychologue scolaire, M.Fusella, à partir des travaux de l’INRP.

Dans le même temps (Février 83) les Parents d’élèves FCPE des écoles du quartier et du Collège Robespierre présentaient leur proposition de "Projet éducatif".

Le quartier n’ayant pas été retenu comme « ilot sensible » dans le cadre de la politique de la ville, les écoles et le collège du secteur ne furent pas reconnus officiellement ZEP en 83. Cependant, l’Inspection Académique traita notre secteur en ZEP officieuse, tous les critères de difficultés scolaires et sociales étant réunis.(Etaient concernés les groupes scolaires Vié, Langevin, Moulin, France et Sévigné).

Cela eut pour conséquence :

  • la création de 2 postes d’enseignants « supplémentaires » (les 2 premières « missions ZEP ») pour la zone,à la rentrée de Septembre 83 ;

  • des financements pour l’équipement de BCD dans le cadre des premiers P.A.E. (aujourd’hui PAEI).

Des cours de langue et culture d’origine (turc, algérien, portugais) sont intégrés au temps scolaire.

Les enseignants au sein des écoles, et les écoles entre elles, ont désormais des choses à gérer en commun : des postes (3 en Sept 84), des crédits (PAE), des lieux (BCD)...

Pendant 2 ans (83-84 & 84-85) une première « coordination » est créée (cela n’existe pas encore dans les textes, pas plus que l’évaluation formative) pour aider à cette gestion commune des moyens et des actions.

La liaison avec le collège s’effectue par l’intermédiaire d’un stage intercatégoriel de 3 semaines sur le thème de la lecture (octobre 84 : voir documents annexes),et les projets communs CM2/6ème qui en découleront.

Un pilotage de la zone est mis en place sous la forme d’un « grand groupe » original associant tous les partenaires « représentatifs » : institutionnels, élus, parents, enseignants. Des commissions de travail émanant de ce groupe sont mises en place.

Une « fête de la ZEP » aura lieu les 18 et 19 Mai 1985 : expos, débats....

Portfolio automatique :