Vous êtes ici : Accueil > Vie des classes > Année scolaire 2011-2012 > CM2 A > Poésies

Articles

  • Paul VERLAINE (1844-1896) Il pleure dans mon coeur - Mars 2012

    Paul VERLAINE (1844-1896) Il pleure dans mon coeur
    Il pleure dans mon coeur
    Comme il pleut sur la ville ;
    Quelle est cette langueur
    Qui pénètre mon coeur ?
    Ô bruit doux de la pluie
    Par terre et sur les toits !
    Pour un coeur qui s’ennuie,
    Ô le chant de la pluie !
    Il pleure sans raison
    Dans ce coeur qui s’écoeure.
    Quoi ! nulle trahison ?...
    Ce deuil est sans raison.
    C’est bien la pire peine
    De ne savoir pourquoi
    Sans amour et sans haine
    Mon coeur a tant de peine (...)

  • Le chou - Février 2012

    LE CHOU
    Un chou se prenant pour un chat
    léchant son museau moustachu,
    sa bedaine de pacha,
    à ses feuilles s’arracha,
    pour prouver que sous son poncho
    couleur d’artichaut,
    son pelage était doux et chaud,
    sa queue de soie, sa robe blanche.
    En miaulant à belle voix,
    le chou se percha sur un toit,
    puis dansa le chachacha
    de branche en branche.
    Or, le chou n’était pas un chat
    aux pattes de caoutchouc,
    sur la ramure il trébucha
    et c’est ainsi que le chou chût
    fâcheusement et cacha
    sa (...)

  • Si six cents couteaux-scies - Février 2012

    Si six cents couteaux-scies
    Si six cents couteaux-scies,
    Si six cents couteaux-scies,
    Scient, en six,
    Si six cents couteaux-scies
    Scient, en six,
    Six cent six saucisses,
    Si six cents couteaux-scies
    Scient, en six,
    Six cent six saucisses,
    Qu’obtient-on au total ?
    Une cuisine sale.
    Pierre Coran

  • KKO - Février 2012

    K.K.O. Un kangourou en kimono kaki Faisait du karaté Sur un kiosque de kermesse Avec un koala et un kakatoès. Les kilos du kangourou, Les kilos du koala, Le bec du kakatoès Ont fini par faire un trou Dans le kiosque de kermesse. Et quand le kiosque craqua, Kakatoès, koala, Kangourou en kimono furent tous trois mis K.O.
    Pierre Coran

  • Raconte-moi le passé - Février 2012

    Raconte-moi le passé
    Raconte-moi le passé.
    Il est trop vaste.
    Raconte-moi le XXe siècle.
    Il y eut des luttes sanglantes,
    puis Lénine,
    puis l’espoir,
    puis d’autres luttes sanglantes.
    Raconte-moi le temps.
    Il est trop vieux.
    Raconte-moi mon temps à moi.
    Il y eut Hitler,
    il y eut Hiroshima.
    Raconte-moi le présent.
    Il y a toi,
    et encore toi,
    et le bonheur qui ressemble
    au soleil sur les (...)

  • Conversation - Février 2012

    Conversation (sur le pas de la porte, avec bonhomie.) Comment ça va sur la terre ?
    Ça va ça va, ça va bien. Les petits chiens sont-ils prospères ?
    Mon Dieu oui merci bien. Et les nuages ?
    Ça flotte. Et les volcans ?
    Ça mijote. Et les fleuves ?
    Ça s’écoule. Et le temps ?
    Ça se déroule. Et votre âme ?
    Elle est malade
    le printemps était trop vert
    elle a mangé trop de salade. Jean Tardieu, Monsieur Monsieur (...)

  • Le laboureur et ses enfants - Février 2012

    Jean de La Fontaine Travaillez, prenez de la peine :
    C’est le fonds qui manque le moins.
    Un riche Laboureur, sentant sa mort prochaine,
    Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
    "Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage
    Que nous ont laissé nos parents :
    Un trésor est caché dedans.
    Je ne sais pas l’endroit ; mais un peu de courage
    Vous le fera trouver : vous en viendrez à bout.
    Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’oût :
    Creusez, fouillez, bêchez ; ne laissez nulle place
    Où la main (...)

  • Grand Corps Malade : Père et Mère - Février 2012

    Père et Mère de Grand corps malade
    Depuis la nuit des temps l’histoire des pères et des mères prospèrent
    Sans sommaire et sans faire d’impairs, j’énumère pêle-mêle, Pères Mères
    Il y a des pères détestables et des mères héroïques
    Il a des pères exemplaires et des merdiques
    Il y a les mères un peu père et les pères maman
    Il y a les pères intérimaires et les permanent
    Il y a les pères imaginaires et les pères fictions
    Et puis les pères qui coopèrent à la perfection
    Il y les pères sévères et les mercenaires (...)

Documents joints